Un soir, une histoire : moitié de coq

Moitié de coqJolie couverture, CD de musique rock… Un livre-CD a priori très sympa pour les enfants.

Et pourtant… Une fois la lecture lancée, quelle surprise d’entendre le renard vouloir se cacher… dans le « trou-du-cul » de Moitié de Coq : « Si tu veux voyager, rentre dans mon trou-du-cul et n’en bouge plus ! ». Ok, passons, laissons venir la suite. Et nouvelle surprise. C’est au tour du loup de vouloir se cacher dans ce même « trou du cul ». Puis de la rivière. Puis du géant. Avec en renfort les dessins qui montrent la queue du renard, la queue du loup et la botte du géant dépassant du désormais fameux postérieur, dégoulinant de gouttes d’eau de la rivière. Charmant, n’est-ce-pas ?

Impossible d’arrêter une histoire en cours de route, ce qui obligerait d’ailleurs à des explications qui ne ferait qu’insister sur les mots dérangeants. Et le plus difficile pour les oreilles doit bien être passé. Quand voici le prochain dialogue :

« Renard, Renard, je n’en peux plus, sors de mon trou-du-cul! »

Hum. Et idem page suivante avec le renard, puis la rivière, puis le géant. Ouf, l’histoire est enfin finie !

Un livre à partir de 3 ans, vraiment ? Alors messieurs les éditeurs, voici une réclamation de Maman qui tient à l’éducation de ses enfants : attention à vos histoires (quel intérêt de faire se cacher les personnages à cet endroit précis et pas sous son aile ou dans son bec par exemple ?) et si vous tenez au côté que vous jugez sans doute « rock’n’roll » de cette cachette, merci de ne pas utiliser de vulgarités et de la nommer par des mots plus appropriés (parler de son derrière n’enlèverai rien à l’histoire, serait plus approprié et ferait sans doute plus rire les enfants).

Un commentaire sur “Un soir, une histoire : moitié de coq

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.