premier-de-la-classe

Une tête de premier de la classe

Lorsque Grand Tam s’est coiffé, tout seul, le jour de la rentrée, il a soigneusement peigné ses cheveux depuis une raie bien délimitée, les a lissés avec de l’eau et fixés avec du gel… Le voyant ainsi préparé, je n’ai pas pu m’empêcher de m’exclamer : « Attends, on va t’arranger ça, ta coiffure te donne une tête de premier de la classe ! ». Il m’a regardé, à la fois fier et sans comprendre : « Ben justement, c’est ce que je veux, moi, être premier de la classe, pourquoi tu veux changer ? ».

Et bien évidemment, je me suis rendue compte qu’il avait raison…

Des expressions toutes faites !

Nous utilisons parfois des expressions toutes faites, mais que veulent-elles dire au final ? Existe-t-il une tête de premier de la classe ? Et une tête de dernier ? Attention, on atteint là le délit de faciès… Faut-il être bien coiffé pour être intelligent ? Est-on condamné à être un cancre si on préfère les cheveux en pétard ? Pourquoi ces critères physiques sont-ils censés interférer sur des notions intellectuelles ? J’ai donc dû capituler en lui avouant que oui, il a raison, cela ne veut rien dire, une tête de premier de la classe, que j’ai simplement utilisé une expression au final assez ridicule…

Des valeurs inversées ?

Car quand bien même… En quoi « une tête de premier de la classe » peut-il être employé ainsi, en expression presque péjorative ? Pourquoi doit-on éviter cette fameuse tête de premier de la classe, alors même qu’être premier devrait être un honneur ? La normalité est-elle vraiment devenue la panacée si l’excellence doit être évitée et cachée ? Je me refuse pourtant à ce tableau qui encourage la médiocrité alors que je pense qu’il faut toujours savoir donner le meilleur pour être fier de soi.

C’est pour cela que j’aime tant ces mots et expressions d’enfants, naïfs et pourtant si sincères, spontanés, vrais. Lorsque l’on sait les écouter, ils peuvent nous aider à comprendre bien des choses, y compris parfois nos erreurs et nos propres contradictions…

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

5 commentaires sur “Une tête de premier de la classe

  1. Malheureusement, le modèle véhiculé dans la musique et à la télévision est bien loin du 1er de la classe… Je crois même que c’est tout l’inverse qui est valorisé.
    Mais je me souviens aussi de mon adolescence où c’était au final la même chose : on oublie trop souvent que nos musiques (ou leurs chanteurs) étaient déjà sex/drugs/and rock’n roll. Mais nos parents ne parlaient pas anglais et n’ont pas compris le 1/4 des paroles…
    J’ai réglé le problème en inscrivant les enfants… dans le privé. Même si le plus grand écoute du rap, il a toujours pour objectif d’être dans les meilleurs et a dépassé sa période où il voulait être footballeur ou youtubeur!
    Le seul problème : j’ai mangé mon chapeau. Parce que moi, la militante du service public et de l’école républicaine, ai du mettre mes grands principes de côté pour mettre l’intérêt des enfants avant tout!
    :-)

    1. Oui, je te comprends, pas facile de trancher entre deux valeurs aussi importantes pour nous… Disons que c’est dommage d’être parfois obligés de choisir. Mais oui, l’intérêt de l’enfant avant tout !

  2. J’ai connu des tas de premiers de classe adorés de tous, même des casse-pieds. Finalement, c’est le premier de classe type Agnan (un peu égoïste et asocial) qui est visé par cette expression lacunaire et insuffisante ! Merci, Grand Tam !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *