insomnies de grossesse

La nuit, mes insomnies de grossesse, et moi

Depuis le début de ma grossesse, les nuits sont vraiment difficiles avec mes insomnies de grossesse. Au point que je commence à aborder le sommeil avec une certaine appréhension, et bien sûr le risque de transformer un phénomène finalement naturel en cercle vicieux dont il devient encore plus difficile d’échapper…

Les insomnies de grossesse, c’est quoi ?

Les insomnies de grossesse touche de nombreuses femmes enceintes, quel que soit le stade de leur grossesse. Pour beaucoup, il s’agit de difficultés à s’endormir, pour d’autres de réveils fréquents…

Pour moi, cela se traduit soit en début de nuit par une difficulté à trouver le sommeil, soit par l’impossibilité de me rendormir après un réveil nocturne. J’ai beau me coucher dès 20h30, être fatiguée, sentir mes paupières se fermer, si le moindre élément extérieur vient me perturber, je ne peux pas trouver le sommeil, et doit attendre jusqu’à minuit, parfois une heure du matin avant de m’endormir. Ou si je suis réveillée en plein sommeil et en pleine nuit (notamment par Mini-Tam qui a toujours tendance à venir dans notre lit ou à m’appeler), il m’est impossible ensuite de me rendormir. Cette nuit, c’était à 4h30. Psychologiquement, j’ai attendu 5h du matin et les premières lueurs du jour pour me lever…

Les insomnies de grossesse, ça vient d’où ?

Plusieurs causes sont avancées pour expliquer les insomnies de grossesse : perturbations hormonales, envies d’uriner, état nauséeux, mouvements fœtaux, maux de dos, difficultés à trouver un position… et bien sûr anxiété à l’approche de ce grand évènement qu’est l’arrivée de bébé.

Personnellement, j’aime aussi cette explication que j’avais trouvée dan un livre : la femme enceinte souffre de troubles du sommeil pour préparer son corps aux nuits courtes et hachées des premières mois de bébé… Finalement, dans mon cas, la nature est donc bien faite !

Les insomnies de grossesse : comment les traiter ?

Bien sûr, lorsque l’on est enceinte, on privilégie les solutions naturelles !

Tout d’abord, il faut être d’autant plus vigilante à une bonne « hygiène du sommeil » : éviter tous les excitants, surtout après 13h, maintenir une activité physique, fuir les écrans avant de se coucher, diner léger…
On peut également « réaménager » son lit, notamment en surélevant sa tête à l’aide d’un oreiller supplémentaire, pour une meilleure respiration, trouver la bonne position, souvent couchée sur le côté gauche pour dégager la veine cave et gagner une meilleure circulation sanguine…
Et s’octroyer avant d’aller au lit un temps d’étirements et relaxation, une bonne façon de préparer son corps à la nuit, d’éviter les crampes et de chasser le stress.

La passiflore : une plante pour lutter contre les troubles du sommeil et les insomnies de grossesse
La passiflore : une plante pour lutter contre les troubles du sommeil et les insomnies de grossesse

On peut également s’aider de l’homéopathie avec des granules de Passiflora incarnata 5CH (5 granules 2 fois par jour).

Enfin, pour les adeptes des tisanes maison, voici une petite décoction proposée sur le site Enfant.com à préparer pour mieux dormir :

 » Préparez un mélange en proportion égale de passiflore, de fleurs d’oranger et d’aubépine. Laissez infuser 5 minutes 2 cuillères à café de ce mélange dans une tasse d’eau bouillante. Filtrez. Pour plus d’effet, plongez une cuillère à café de miel dans laquelle vous aurez dilué 1 goutte d’huile essentielle de petit grain de bigaradier. Buvez une tasse après le dîner. »

De mon côté, je pense essayer le yoga et la Passiflore pour me détendre du mieux possible…

Et vous, avez-vous vécu cela ? Avez-vous des remèdes qui ont fait leurs preuves ?

12 commentaires sur “La nuit, mes insomnies de grossesse, et moi

  1. je compatis … les insomnies ont été mon seul symptome de grossesse mais c’était horrible
    c’est d’ailleurs comme ça que j’ai découvert que j’étais enceinte
    je ne dormais pas du tout même épuisée…
    les conséquences : grosse prise de poids ( sans origine alimentaire mais lié à la sécrétion de cortisol qd on ne dort pas)
    et de grosses chutes de tension à 6/7…
    après avoir tenté plein de médecines douces j’ai eu à partir du 5ème mois du valium à dose pédiatrique
    car les chutes de tension devenaient dangereuses et qu’en plus je refusais d’arrêter de bosser
    avec lui je dormais 3/4h…
    on a arrêté 6 semaines avant l’accouchement pour « sevrer » le bébé
    et re plus dormi… j’ai accouché un lundi midi et le soir j’ai dormi comme un bébé !
    du coup effectivement les nuits c’était finger in the nose;
    parce que quand t’as pas dormi 9 mois
    faire une vraie nuit juste entrecoupée d’un bib de milieu de nuit c’est trop facile 😀
    COURAGE BISOUS

    1. Merci pour ton message… Il devrait peut être m’inquiéter quand je vois l’ampleur que peuvent prendre ces insomnies, mais surtout il me rassure, de voir que c’est normal, ça arrive, et que même à l’extrême on trouve des solutions… et on finit par s’en remettre !
      Merci !

  2. Moi j’ai eu quelques cauchemars en début de grossesse (à chaque fois) et puis après ça a été. Sur la fin bien sûr on a un peu de mal à se rendormir quand bébé fait la java et qu’il a déjà un bon poids 🙂 En fait j’ai été plus embêtée par les pipis nocturnes que le reste 😀

    1. Je n’ai pas encore eu ces cauchemars… Pour mes premières grossesses, c’est vrai que j’en ai eu aussi, et c’est très désagréable !

  3. Bonjour.
    Pour mon premier, je me levais toutes les nuits à 3 heures. On m’a dit : « il se réveillera toutes les nuits à 3 heures ».
    Je n’y croyais pas, mais il a pris le bib’ de la nuit à 3 heures pendant 3 mois!
    Alors pour le second, j’ai pris de l’homéopathie pour mieux dormir. Cela a moyennement marché. Mais, même si j’étais réveillée, je ne bougeais pas, pour ne pas le réveiller. Il s’est quand même réveillé à 2-3 heures, sans déroger!
    🙂
    Bon dimanche!

    1. Dommage pour l’Homéopathie… Je crois que je vais essayer quand même, au moins pour me détendre. C’est beau cette histoire de réveil à 3 heures après la naissance !

  4. J’ai une autre hypothèse : c’est pour nous apprendre déjà à moins dormir avant même que le bébé soit là.
    Comment ça, c’est nul, comme explication ? ^^
    Bises, et j’espère que tu es en train de dormir.

  5. Ici c’est plutôt des cauchemars que je fais de temps en temps où je vois le pire pour le bébé. Mais ça commence à passer depuis que je le sens bouger. Par contre je m’endors comme une masse… Courage copine de grossesse ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *