Mais pourquoi nananère ?

Qui a inventé ce mot ? Qui a décidé que les enfants pouvaient l’utiliser dans toutes leurs phrases, comme une sorte de ponctuation qui leur permettent de narguer frères, sœurs, amis et surtout parents excédés ? Et qui l’a appris à mes garçons ? Pour qu’ils l’utilisent 100 fois par jour ?

Car depuis deux jours, ils n’ont que ce mot à la bouche. Et s’en donnent à cœur joie. « Je vais arriver le premier, nananère ! », « C’est moi qui vais jouer avec le playmobile pirate, nananère ! », « C’est toi le bébé, nananère ! », « Le gâteau au chocolat, c’est pour moi nananère ! », « Je fais un câlin à Maman et pas toi, nananère ! », « Et moi, nananère! », « Et je, nananère », « Et nananère ! » « Nananère, nananère ! ».

STOP !!! Tout d’abord, nananère, c’est un mot qui ne veut rien dire ! Et puis ce n’est pas beau… surtout le « Euh » de la fin, car sachons-le, nananère se prononce « nananère-Euh » avec un « Euh » appuyé, qui à lui seul provoque le summum de l’exaspération. Enfin, pas la peine de faire de chacune de ses prises de parole une provocation pour son frère qui se met à pleurer !

Alors, à tous les nananères, tralalères, nananas et autres délices encore à découvrir tels les cestceluiquiditquilests ou bisquebisquerages, et bien je dis:

STOP !!! Parce que là, c’est Maman qui craque !
Tralalère !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.