je t aime doudou

« Je t’aime Doudou »

La rentrée au CP, c’est aussi la séparation avec le compagnon de toujours, de la maison à la crèche puis à la maternelle : Doudou. Doudou qui le suivait partout, Doudou qui avait toujours le droit de l’accompagner, Doudou qui n’était jamais loin, au plus loin dans un sac à dos dans le couloir de l’école, Doudou toujours présent… Doudou qui ne va au CP, dans l’école des grands, et qui doit maintenant attendre son retour à la maison, tout seul.

Une grande histoire d’amour avec Doudou

Pour Petit Tam, Doudou a toujours été extrêmement important. Quand Petit Tam était à la crèche, il nous est arrivé d’oublier son doudou, un vendredi soir bien sûr. J’ai dû dormir avec lui tout le week-end, il se réveillait toutes les heures en l’appelant, et a fini le week-end avec des cernes, couvert de petits boutons en réaction physique à la séparation ! L’année dernière, il l’a perdu pendant plusieurs mois (nous l’avons finalement retrouvé des mois après coincé derrière le pied d’une armoire), et ces mois ont été très difficiles : malgré plusieurs doudous de substitution, aucun ne l’a jamais remplacé et il le réclamait tous les soirs… Il lui était souvent difficile de s’endormir ! Et lorsqu’ensuite sa maitresse de grande section a interdit les doudous pendant le temps calme de l’école (et malgré mes réclamations pour que l’école maternelle reste… maternelle !) nous avons dû trouver un stratagème pour qu’il puisse conserver son précieux ami sans gêner la classe ou provoquer la maitresse, par un savant pliage de sa couverture qui cachait Doudou à l’intérieur !

Bref, impossible de vivre sans Doudou, et c’est bien parce qu’il l’emmène partout qu’il est souvent difficile de le retrouver et qu’il nous occasionne des heures de recherches parfois dignes d’une enquête de détective !

Une séparation difficile

La séparation de la rentrée en élémentaire a donc été un temps fort de la rentrée. Nous n’en avions pas parlé auparavant (je n’y avais même pas pensé pour tout dire), mais je réalise que Petit Tam, lui, s’y était préparé. Le matin, avant de partir à l’école, il a porté son doudou dans ses bras jusqu’à la porte, l’a embrassé et posé juste là, dans l’entrée, pour le retrouver dès son retour. Il est sorti… puis à fait demi-tour, est revenu, l’a « sniffé » comme il fait toujours quand il a besoin de se rassurer ou de prendre une bonne dose de courage, lui a dit qu’il l’aimait et est parti. Il était prêt, il était grand.

Je t’aime Doudou

C’est aussi ça le passage en CP. Grandir, en prendre conscience, devenir responsable et agir en conséquence, de soi-même. Après cela, il était fier, il sentait qu’une étape était passée, et il a renouvelé son petit rituel le lendemain. Il a compris qu’à l’école, il passait chez les grands… mais qu’à la maison, il pouvait retrouver sa place de petit et câliner son Doudou autant qu’il le souhaite !

 

12 commentaires sur “« Je t’aime Doudou »

  1. Quel courage, Petit Tam !
    Nos 3 petits-enfants aînés, qui viennent aussi d’entrer en CP, n’ont pas eu à vivre cette séparation un peu brutale. Cela s’est fait progressivement en grande section avec la disparition de la sieste… le doudou n’allait plus sytématiquement dans le cartable, puis plus du tout.

    1. 3 petits enfants en CP, une année importante ! Je crois que le lien au doudou est différent pour chaque enfant… mes deux autres garçons ne sont pas du tout aussi fusionnels.

    1. Oui, c’est toujours un passage. Moi aussi j’ai gardé Mini Tam l’après midi en petite section, le rythme m’a semblé parfait pour lui, et il a très bien compris que cette année chez les moyens il irait toute la journée…

  2. C’est super émouvant !
    Nous, Doudou nous a quittés cet été… en tombant dans le dernier bassin de l’aquarium de la Rochelle. J’ai dit à Loélie qu’il pensait sûrement qu’elle n’avait plus besoin de lui et qu’il partait prendre sa retraite avec les tortues. Elle m’a répondu : « Oui, c’est vrai… mais ça me rend triste quand même ».
    Dur, dur…

  3. Bonjour.
    Ce sont des moments toujours éprouvants dans la vie d’un enfant. Alors nous avions choisi de suivre les conseils du pédiatre pour se séparer de la tétine en évoquant pendant plusieurs semaines le fait qu’on allait l’envoyer au Père Noël? Et le Père Noël très content a apporté un cadeau complémentaire avec une carte… Père Noël expliquait à Arthur à quel point il était fier de lui et que la collection des 11 dinosaures gigantesques venait le féliciter. Peut-Être une piste pour adoucir la rupture…

    1. C’est très bien cette idée ! J’avais entendu parler de laisser sa tétine au Père Noël, mais jamais de cette petite carte qui marque une vraie étape… Pour Petit Tam, il n’en aura pas besoin pour son Doudou, car il le conserve à la maison, et s’il a un pincement au cœur à chaque séparation, il n’en souffre pas et est très fier d’être devenu grand…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *