Eviter le Burn out

Eviter le burn out avant qu’il ne nous arrête…

On parle souvent de burn out. Le burn out professionnel, et depuis peu le burn out parental. Force est de constater que le burn out peut également être global. On jongle sur tous les tableaux, on essaie de faire au mieux tant dans notre travail qu’à la maison, d’être présente pour nos enfants et de répondre aux demandes de nos clients ou de notre employeur. On a la tête pleine d’urgences, d’échéances, de rendez-vous, de petites ou grandes listes de courses à faire ou de choses à effectuer. On gère ses tâches administratives en pensant qu’il faut absolument finir à temps pour récupérer les enfants à la garderie, on répond au téléphone en planifiant le diner du soir, on fait les devoirs des plus grands en listant mentalement les urgences qu’il faudra absolument traiter le lendemain au travail, on fait le ménage en comptant le nombre de lessives à lancer avant le diner… La fameuse « charge mentale », dont on entend beaucoup parler en ce moment et qui exprime bien ce poids permanent dans nos pensées. Et parfois, on finit par se sentir submergées, fatiguées, démotivées, les nouvelles informations ne s’impriment plus, le moindre changement nous semble insurmontable, chaque nouvel tâche se transforme en un véritable fardeau, on ne se sent plus à la hauteur et même le sommeil ne semble plus réparateur… Lorsqu’on arrive à détecter ces signaux d’alerte, il est temps de réagir et de faire son possible pour éviter le burn out.

 

Eviter le burn out

Je ne suis pas psychologue et n’ai pas de solutions clés en main à apporter pour éviter le burn out. Je ne pense pas d’ailleurs qu’il en existe tant chaque personne et chaque situation est différente. Mais à partir de ma propre expérience, je pense qu’avant d’en arriver à un point de rupture, on peut déjà prendre quelques précautions pour éviter de s’effondrer.

 

Prendre du recul

Lorsqu’on est assailli par toutes ses obligations du quotidien et la tête remplie de choses à faire, impossible de se concentrer sur quoi que ce soit. Dans mon cas, en plein rush professionnel avec des contrôles à tout va pendant les fêtes de fin d’années, ce qui a d’ailleurs supprimé les vacances que j’attendais tant, je me suis octroyé une journée off. Pas de travail, les tâches ménagères à mon rythme, du temps avec les enfants. Pour souffler une journée avant de repartir.

 

Se recentrer sur ses priorités

Quand on ne peut plus tout faire, il faut aussi savoir se recentrer. Impossible de m’arrêter de travailler, mais j’ai dû stopper pour quelques temps un loisir, une passion, qui malgré tout me prend le peu de temps qu’il me reste : l’écriture. Ce qui est d’habitude un plaisir et un exutoire n’avait plus de place dans mon quotidien essoufflé, et j’avais perdu tant mon énergie que mon inspiration… Plutôt que de faire les choses à moitié, et sans prévenir, j’ai donc mis en stand by quelques semaines articles, blog et réseaux sociaux. J’en ai profité pour retrouver plusieurs livres délaissés et passer quelques soirées calmes et sans écran.

 

Capitaliser les moments de bonheur

Relativiser est aussi important dans ces moments là. S’investir professionnellement, c’est bien, s’occuper de ses enfants et de la maison, c’est beau. Mais encore faut-il y retrouver ces petits instants de bonheurs indispensables à notre épanouissement pour pouvoir les vivre pleinement et avec plus de force. Un câlin, un jeu, la préparation d’un gâteau, un chocolat chaud au coin du feu par exemple, sans ne penser à rien d’autre qu’à l’instant présent. Exit les soucis de la journée ou la pile de linge à plier : se concentrer sur un petit moment de bonheur tout simple nous revitalise déjà.

 

Rejeter le superflu

Cette période a été associée pour moi à une frénésie de rangement et de vide dans les placards. Rejeter le superflu pour mieux organiser les espaces de rangement a permis d’alléger visuellement certains endroits et de faire respirer les espaces. Reste maintenant à organiser un vide grenier pour revendre tout ce qui n’a pas été jeté ou donné !

 

Petits conseils du quotidien pour retrouver de l’énergie

En parallèle, selon les affinités de chacun, on peut aussi se recentrer avec quelques petites astuces faciles à mettre en œuvre et qui nous redonnent l’énergie qui nous manque:

  • En parler, à son conjoint, ses collègues, ses amis. Pas pour se plaindre mais pour essayer de mettre des mots sur une situation et de partager ce que l’on vit. Pour revoir la répartition des tâches de chacun. Pour échanger des conseils également.
  • Déculpabiliser, réaliser combien il est illusoire d’être parfaite sur tous les tableaux et décomplexer en réchauffant une pizza pour le diner !
  • Se coucher plus tôt… et si possible avoir le même rythme de sommeil toute la semaine, même en continuant à se lever plus tôt le week-end. On reste en phase sur un cycle régulier et plus réparateur.
  • Remettre les écrans à leur juste place et ne pas les laisser nous envahir.
  • Prendre du temps pour soi, pour se retrouver physiquement aussi : un rendez-vous chez le coiffeur, un soin visage avec gommage et masque pour redonner de l’éclat à notre peau, une manucure maison ou un peu de shopping (avec les soldes, c’était le bon moment, même sur Internet quand on manque de temps !) pour se sentir bien dans ses vêtements.
  • Faire un peu d’exercice : 15 à 20 minutes chaque matin (step et abdo-fessiers pour moi !) se casent finalement assez facilement au quotidien et ajoutent un vrai regain d’énergie à la journée qui commence…
  • Pratiquer la méditation, par exemple le soir en se couchant, pour clôturer la journée et évacuer les stress avant de dormir.
  • Renouer avec une activité plaisir qui a pu être délaissée par la fatigue ou des urgences, comme la lecture, la marche, la photographie, la couture, la cuisine… et se retrouver ainsi soi-même.
  • Se faire plaisir, en décomplexant pour un carré de chocolat par exemple !

 

Revenir plus confiante

Puis vient le temps du retour… Une fois que l’on a réussi à éviter le burn out, à se recentrer et à renouer avec de bonnes habitudes, on peut revenir plus sereines, plus confiantes. Plus fortes. Et plus épanouies. On est plus à même d’affronter toutes les exigences de notre quotidien parfois surchargé, et je suis persuadée que souffler un peu et prendre du recul nous a donné les armes nécessaires pour savoir aller à l’essentiel. Pour être plus conscientes de nos priorités. Pour ne plus nous oublier.

 

En ce qui me concerne, je me suis éloignée pendant un gros mois. Je me suis recentrée. J’ai fait du vide. J’ai repris de bonnes habitudes. Et retrouvé de l’énergie. Je suis heureuse de revenir aujourd’hui, avec plus de force et de volonté. Vous m’avez manqué !

 

Et vous, quelles solutions mettez-vous en œuvre quand vous vous sentez défaillir ?

 

17 commentaires sur “Eviter le burn out avant qu’il ne nous arrête…

  1. Je ne vais pas dire que je me suis inquiétée, car j’essaie de réserver cela pour ma progéniture, mais je suis rassurée de te savoir de retour et en nouvelle forme <3

    Globalement, j'applique les mêmes grandes lignes que toi.
    Toujours commencer par tout stopper, tout mettre à plat et se recentrer sur les véritables indispensables. Bien souvent cela suffit pour repartir sur de bonne base jusqu'à la fois suivante 😉

  2. je trouve tes conseils très justes
    bravo d’en avoir pris conscience assez tôt
    et bon courage pour maintenir ce cap (et déculpabiliser relâcher oser souffler )
    à bientôt reposée et quand tu voudras
    bon weekend ensemble en attendant

  3. C’est un sujet que je connais bien et dont je parle beaucoup sur mon blog… cela sort enfin ! Je n’ai malheureusement pas été a même d’identifier les signes avant coureur du BO. Résultat ? 16e mois d’incapacité de travail… Il est urgent de conscientiser tout le monde sur ce mal insidieux…
    Belle journée 🙂

    1. Je sais que ce sont des sujets qui te tiennent à cœur, même si je n’avais pas conscience que tu étais arrêtée depuis 16 mois… Je crois aussi qu’il est important d’être conscient de ces dangers, car il est plus facile de rectifier le tir au plus tôt… Belle journée à toi !

  4. Je suis bien d’accord avec ta liste de conseils. Notamment éloigner les écrans, qui nous bouffent du temps, de l’énergie, du « temps de cerveau disponible » et souvent utilisé à mauvais escient !
    Ce n’est pas toujours facile à faire, mais quand on y arrive, clairement; ça fait du bien !

  5. Bonjour.
    Je suis d’accord avec tous tes conseils. Il faut aussi être bienveillant vis à vis de soi-même : ne pas réussir à faire une tache n’est pas un drame (sauf si c’est donner à manger à Bébé 🙂 ).
    Cette année, je mixe études/enfants seule la semaine/ travail à responsabilité. Je souffre mais je ne perds pas mes objectifs de vue. C’est ce qui m’aide à ne pas perdre pied, mais c’est très dur, d’autant que je veux tout, tout faire, ne rien rater…
    Mais j’ai avancé sur le sujet!
    Bisous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *