Enfants et peluches : une histoire qui dure

S’il y a bien un cadeau qui ne se démode pas pour les plus petits, ce sont les peluches et autres doudous. Ils peuvent être doux comme un doudou, mignons comme un petit animal câlin, drôles comme un de leurs personnages fétiches, une chose est sûre, ils seront toujours, pour chaque enfant, uniques. Et même quand, en grandissant, on a l’impression que leurs premiers partenaires de jeux sont délaissés, démodés, remisés au fond d’un placard… Ne nous méprenons pas, ils y reviennent souvent, et leur gardent toujours un attachement tout spécifique.

La relation enfant / peluche

J’en ai fait l’expérience avec mes grands, en voulant faire du rangement dans leurs chambres. J’ai donc tout naturellement mis en carton les doudous et peluches, qu’ils avaient depuis leur naissance ou durant leurs premières années de vie. Et le leur ai simplement signalé en fermant mon carton. Grossière erreur : on ne touche pas à leurs peluches, même celles qui étaient cachées derrière le pied d’un meuble depuis des années ! Ils ont donc inspecté ma récolte et récupéré, une à une, chacun ses propres peluches. Ils les ont ensuite réhabilitées, les ont câlinées, ont joué avec, leur ont trouvé un petit espace spécial dans leurs chambres… La relation enfant / peluche, c’est donc bien une histoire qui dure!

À la question du pourquoi, je devine néanmoins assez facilement de nombreuses réponses… premiers attachements, nostalgie des premiers âges, souvenirs de jeux ou câlins, premières appropriations ou identifications… La marque Doudou et Compagnie a d’ailleurs bien cerné ces aspects-là en proposant des compagnons tout doux dans de jolies boîtes souvenir que l’on peut garder et exposer après la petite enfance. D’ailleurs n’ai-je pas moi-même conservé depuis l’enfance mes peluches fétiches, comme mon doudou, mon Kiki et mon Bisounours ?

Les critères des enfants dans le choix d’une peluche

Ces derniers temps, j’ai pris des leçons en termes de choix de peluche. Tout simplement parce que lorsque je dois en acheter une, ce sont mes enfants qui m’aident et me guident dans mon choix, que ce soit en magasin ou sur des sites spécialisés comme My Noors qui propose un très large choix de peluches et doudous de toutes sortes et des plus belles marques. En voici donc les critères qui semblent les plus notoires :

L’émotion

Chez les enfants, on ne parle pas de beaux ou de laids, mais plutôt d’un certain capital sympathie qui va ou non susciter leur adhésion. Une peluche n’a dès lors pas besoin d’être la plus belle (critère subjectif pour nous, les adultes), mais doit leur parler, leur évoquer quelque chose, provoquer une émotion en eux. Et je remarque notamment que cela passe souvent par les yeux : de grands yeux expressifs, émerveillés, canailles ou tristes peu importe, leur plaisent toujours.

Le toucher

Une peluche reste un objet sensoriel, que l’on va tripoter, caresser, embrasser… Les enfants ne s’y trompent pas. Ils cherchent souvent la douceur, mais pas seulement. Ils aiment aussi les changements de textures, les effets de matières, ou les nœuds qui permettent de donner plus de relief à l’expérience tactile, ils le sentent inconsciemment.

Les associations

Mes garçons en tous cas aiment souvent rechercher une association dans le choix d’une peluche. Par exemple, s’ils savent que le bébé pour qui nous voulons en offrir une a déjà une peluche souris, ils vont rechercher une autre souris, plus petite, qui fera office de « bébé souris » (nous avons ainsi à la maison une famille entière de souris et de hérissons).

L’identification

Pour les peluches les plus figuratives, les enfants recherchent une identification. Le plus souvent sur un détail d’ailleurs. La couleur des yeux, un accessoire qui leur rappelle quelque chose, ou parfois même tout simplement le nom de la peluche elle-même.

Je note donc bien la prépondérance des sens et de l’émotion dans leurs choix. Les détails importants pour nous comme la représentation ou la couleur ne sont que des questions subsidiaires pour eux.

Chez vous aussi les peluches sont-elles, entre émotion et nostalgie, une histoire qui dure?

3 commentaires sur “Enfants et peluches : une histoire qui dure

  1. Coucou.
    Ici pas de doudou. Mais une peluche symbolique pour mon aîné (cachée au fond de l’armoire) et 2-3 pour mon second (qui ont remplacé la poupée, je crois).
    Je ne rêve que d’un truc : les voir s’en séparer car elles prennent la poussière et sont souvent adoptées par les chats.
    Mais je respecte leur attachement d’enfant à ces objets transactionnels.
    Bonne semaine!

  2. Coucou !
    Pour ma part, j’ai gardé toutes mes peluches, alors je comprends tout à fait que ma fille ne se sépare pas des siennes. Par contre, je lui ai fait comprendre qu’il fallait arrêter d’en acheter.
    Et pourtant, moi aussi, je suis encore tentée, bien souvent : j’ai vu des ours absolument somptueux, que je mettrais bien en déco chez moi, mais à ce moment-là, il faudrait que je change de mari…
    Bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.