Comme un lundi

Comme un lundi…

Ressentez-vous ce zen de début de semaine ? Quand on a une liste de choses à faire plus longue que les deux bras réunis, mais qu’on est absolument zen car une semaine totalement vierge nous attend… Cinq journées complètes qui se déroulent devant nous comme un tapis rouge. L’univers des possible qui nous attend… On a alors l’esprit si tranquille devant tout ce temps qui nous est alloué pour mener à bien chacune de ces actions, l’une après l’autre, tranquillement…

 

Sauf que…

 

Sauf que dans la réalité, une fois passée cette impression de pouvoir tout faire en étant large, la journée passe, déjà midi, bientôt l’heure de boucler pour aller chercher les enfants à l’école, exit le lundi, puis le mardi, la semaine avance…

Sauf que les to do lists s’allongent, encore et encore, de petits riens qui s’accumulent…

Sauf que chaque nouvelle tâche accomplie en soulève une seconde qu’il faut traiter…

Sauf que l’agenda se remplit de tous les rendez-vous et échéances que l’on avait pas notés ou qui viennent s’ajouter au planning…  Et oui, c’est vrai, demain une des maitresses fait grève. Et il y a ce rendez-vous chez l’orthophoniste !

Sauf qu’on a dédié le mercredi aux enfants, et que finalement la semaine ne compte plus que 4 jours…

Sauf que les imprévus s’accumulent et nous rendent moins disponibles. Avec toujours un problème informatique qui vient casser notre rythme ou nous obliger à recommencer ce que l’on venait de terminer.

Sauf qu’en pensant avoir le temps, il a filé et on n’en a plus…

Sauf qu’en fin de semaine, on n’a pas rempli la moitié des choses que l’on voulait faire et qu’il va falloir activer le booster pour finaliser au moins les priorités.

Alors on réalise qu’en fait, la semaine est courte, et que le vendredi vient finalement juste après le lundi…

 

Heureusement, aujourd’hui, je suis zen. Comme un lundi… On en reparle vendredi ?

 

Et bonne semaine à toutes !

 

10 commentaires sur “Comme un lundi…

  1. du vécu!
    bon courage !

    rajoute
    sauf que tu es patraque et que tu peux – oui « peux »pas  » veux « pas bouger
    et dois rester allongée pour espérer un mieux
    et rajoute un pt accident qui t’immobilise en prime

    oui y a des jours semaines mois comme ça

    bon zen ça pourra pas être pire !

    1. Merci… Effectivement, il y a des situations où il est encore plus difficile d’avancer. Et où on manque aussi d’énergie… Bonne semaine à toi. Bisous !

  2. Tu décris à la perfection mes semaines. Cet enthousiasme le lundi face à ce « boulevard » et puis ensuite les jours qui défilent inexorablement. Et toutes ces choses qui restent à faire vendredi soir et qu’on reporte sans vergogne au lundi suivant parce que la semaine prochaine tout sera différent, on aura le temps 😉

  3. Bonjour.
    Je ne me sens jamais débordée. Je ne sais pas pourquoi, mais le quotidien ne me submerge pas.
    Par contre, quand j’étudiais, je me suis sentie obligée de m’organiser avec des objectifs par jour.
    Cela m’a permis d’aller jusqu’au bout de mon Master.
    Sans quoi, je pense que je n’aurais pas réussi, et que le quotidien aurait pris le dessus.
    Bisous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *