profession tartinier

Cette semaine, j’ai appris #34

  • la dernière vocation de Petit Tam : quand il sera grand, il sera… tartinier. Pour les incultes qui ne connaitraient pas cette profession, certes méconnue et je leur pardonne, le tartinier travaille en étroite collaboration avec le boulanger. C’est lui qui coupe le pain puis le tartine (attention, sans le recouvrir d’une autre tranche de pain, c’est là un métier totalement différent, m’a bien expliqué Petit Tam, puisque c’est le rôle du sandwichier, à ne pas confondre) avant de le mettre en vente dans la boulangerie dans de petites boîtes – au prix encore non définitif mais attractif de 1 €.
  • le moyen mnémotechnique que l’on enseigne à nos enfants à l’école pour leur apprendre l’orthographe du mot « sept » : « il ne faut jamais inviter un enfant qui a 7 ans. Pourquoi ? Parce que S E P T… PT ! Péter ! ». Bon douteux, mais apparemment efficace… sans commentaires.
  • que devant un enfant de CE1 qui n’a pas su répondre à la question « Combien y a-t-il de dizaines dans 80 ? », la maîtresse l’a envoyé passer le reste de la journée… en CP ! Quel apprentissage de montrer à nos enfants qu’ils n’ont pas le droit à l’erreur, sous peine de réprimandes, punitions, moqueries ? Grand Tam n’a pas compris pourquoi la maitresse ne lui avait pas expliqué au lieu de le renvoyer… Je n’ai pas su lui répondre, à part pour lui dire que l’école servait justement à apprendre, qu’il était normal de ne pas pouvoir toujours répondre, qu’il ne fallait pas en avoir honte.
  • que les chanteurs préférés des enfants aujourd’hui sont Maître Gims et Kendji… c’est toujours utile d’accompagner les enfants pour une activité à l’école, on apprend plein de choses de leurs petits amis. Heureusement, car j’avoue que je ne connais ces stars que de nom et serais incapable de citer une de leurs chansons… le petit garçon qui s’en est déclaré fan le premier non plus d’ailleurs !

8 commentaires sur “Cette semaine, j’ai appris #34

  1. Oh ! Les enfants ont tellement d’imagination. PetitTam, avec son inventivité réduirait facilement la courbe du chômage^^
    Quant à la maîtresse de GrandTam, je crois me souvenir qu’elle s’était déjà distinguée… Apparemment, la pédagogie n’est pas son fort. Plus qu’ennuyeux quand on se dit instit’ 🙁
    Bises et bonne semaine !

  2. Bonjour!
    Quelle drôle de maîtresse ; je ne savais pas qu’on pouvait être enseignante et avoir si peu de pédagogie…
    Elle ne devrait pas retourner un peu à l’ESPE??
    🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *